L’espace officiel de la
certification professionnelle

Active

N° de fiche
RNCP9044
Nomenclature du niveau de qualification : Niveau 6
Code(s) NSF :
  • 133 : Musique, arts du spectacle
Date d’échéance de l’enregistrement : 01-01-2024
Nom légal Nom commercial Site internet
Ministère de la Culture et de la Communication - http://www.culturecommunication.gouv.fr
Activités visées :

Le musicien instrumentiste ou chanteur est un artiste -interprète qui exerce généralement son activité  dans le secteur du spectacle vivant subventionné ou privé. Il peut également être engagé par des employeurs dits occasionnels dont l'activité principale n'est pas le spectacle (collectivités locales, groupements d'amateurs, hôtels, cafés, restaurants,...). Il peut également inscrire son activité dans le secteur du spectacle enregistré.

Il est interprète d'un répertoire musical réparti en deux grands domaines: les musiques classiques (musique ancienne, musique classique, musique romantique, musique moderne et musique contemporaine) et les musiques actuelles (jazz, musiques improvisées, musiques traditionnelles et musiques du monde, chanson, musiques amplifiées). Un même musicien peut intervenir dans chacun de ces deux domaines.

Compétences attestées :

I. Démarche préalable à la réalisation musicale

1. Approche: consulter des sources documentaires variées, sélectionner des pistes de travail, sélectionner des éléments musicaux, manier les éléments du langage de son champ musical (instrumentation, arrangement, improvisation, composition)

2. Appropriation: identifier et s'approprier les techniques nécessaires à la réalisation: données organologiques, travail individuel, déchiffrage, décryptage.

Effectuer des recherches sur l'oeuvre et son contexte (histoire de la musique, analyse,...)

3. Elaboration: élaborer le projet artistique en s'adaptant à la conduite du spectacle, en s'insérant dans l'ensemble, en s'adaptant aux exigences d'un chef, d'un ensemble ou d'un projet , en répétant musicalement et sur scène.

Préparer un enregistrement: estimer la pertinence de l'enregistrement dans le projet de l'artiste ou de l'ensemble.

Enrichir son répertoire

II. La réalisation musicale

1. Prestation publique:se mettre en situation de représentation: préparation physique et mentale, concentration, déplacement et installation sur scène, création d'une expresion scénique.

Etre vecteur d'une expresion artistique, connaître l'environnement technique lié à sa prestation, respecter le cadre juridique et réglementaire lié à sa prestation.

2. L'enregistrement

Les capacités attestées sont similaires aux capacités concernant la prestation publique, avec les ajouts suivants:

S'adapter à la configuration spécifique du lieu d'enregistrement, prendre en compte la pression spécifique liée à cette situation.

III. Construction du parcours professionnel

1. Prévention des risques professionnels

Connaître son corps, prévenir les pathologies: gérer sa résistance physique et psychologique, préserver son intégrité physique.

2. Connaissance de l'environnement socio-professionnel

Elaborer un projet de production, exploiter un projet de production, suivre l'évolution réglementaire.

3. Enrichissement de son parcours professionnel

Développer ses compétences: accès à une formation professionnelle continue, entretien de son niveau technique individuel.

4. Activités complémentaires

Valoriser sa place au sein d'un ensemble, participer à la promotion de son art, proposer des démarches partenariales, approcher d'autres esthétiques.

 

Ces capacités attestées sont détaillées dans le référentiel de compétences et de certification  publié au bulletin officiel du ministère d ela culture et d ela communication accessible par les deux liens sources référencés ci-dessous.

 

Modalités d'évaluation :
Secteurs d’activités :

Environ 33.000 musiciens professionnels sont dénombrés sur le territoire français (source INSEE 2007), répartis de la manière suivante :

- pour environ 36 orchestres permanents, une vingtaine de maisons d'opéra, des chœurs permanents : plus de 2.500 musiciens d'orchestres et plus de 400 choristes,

- au sein d'ensembles instrumentaux et vocaux non permanents intervenant dans le domaine des musiques classiques : plus de 3.000 instrumentistes et choristes,

- les autres musiciens professionnels interviennent principalement dans le domaine des musiques actuelles (chanson, variétés, jazz, bals, galas, musiques traditionnelles, ...).

Ces structures-employeurs ont des statuts variés : établissement public, SARL, association, régie municipale, ... Elles peuvent être également des structures de programmation épisodique (festivals). En toutes hypothèses, elles doivent être détentrices de la ou des licences d'entrepreneurs de spectacles correspondant à leurs activités.

Les employeurs du secteur des musiques actuelles sont aussi variés que les genres musicaux représentés et les lieux d'exercice du métier (studio, salle polyvalente, salle de spectacles dont SMAC, bars et lieux éphémères, ...). S'ils sont souvent organisés en sociétés à vocation commerciale, un important secteur associatif s'est toutefois développé au cours des quinze dernières années à la faveur d'un soutien accru des collectivités publiques aux musiques actuelles. Une part importante du travail est fournie par les employeurs occasionnels.

Type d'emplois accessibles :

Le musicien est salarié sur la base d'un contrat à durée indéterminée (CDI) ou sur la base de contrats à durée déterminée (CDD) auprès de plusieurs employeurs successifs.

Son emploi dans l'entreprise est régi par des normes légales, réglementaires et conventionnelles, fixant des minima salariaux, mais aussi par les modalités pratiques d'exécution du contrat de travail (déplacements, répétitions, ...).

L’orchestre et le choeur permanents travaillent fréquemment dans un équipement fixe de répétition et/ou de diffusion. Les ensembles non permanents n'ont pas toujours de lieu de résidence. Cette spécificité impose une grande mobilité aux musiciens.

 Pour les musiques dites classiques :

Le musicien instrumentiste-chanteur exerce son activité soit comme salarié permanent dans un établissement de création et de diffusion artistique (orchestre ou chœur permanent, maison d'opéra), soit comme salarié d'ensembles instrumentaux ou vocaux. Il a vocation à se produire en qualité de tuttiste mais peut parfois tenir des fonctions de chef de pupitre ou intervenir en qualité de soliste.

L'orchestre permanent comprend trois ou quatre catégories de musiciens selon la place qu’ils occupent dans l’exécution du programme musical et selon les traditions de l’orchestre : musicien tuttiste ou musicien du rang (3ème catégorie), ce qui représente la majorité des emplois occupés ; musicien second soliste (2ème catégorie) ; musicien soliste et co-soliste (1ère catégorie).

L'instrumentiste-chanteur est recruté par concours ou audition. Par ailleurs, pour les ensembles instrumentaux et vocaux, ce recrutement est souvent lié à sa connaissance d'une esthétique et d'un répertoire particuliers. Sa collaboration avec l'ensemble s'inscrit dans une durée généralement supérieure à celle du contrat.

 Pour les musiques dites actuelles :

Le musicien instrumentiste-chanteur fait généralement partie d'une équipe d'artistes, au sein de laquelle il est soliste, accompagnateur et/ou choriste. Il peut prendre part à la direction artistique du groupe en accompagnant ses démarches artistiques (conception du programme, enregistrement en studio, radio, web, production phonographique). Il peut, en tant que mandataire, signer, au nom des artistes de l'ensemble auquel il appartient, un contrat de travail commun aux musiciens qui lui ont donné mandat en ce sens.

L'instrumentiste/chanteur exerce généralement dans plusieurs groupes en parallèle.

Son recrutement se fait parfois par audition ou casting, notamment pour des tournées importantes, mais plus souvent au titre de sa réputation, de ses relations professionnelles et de sa compétence. Il pourra être :

- instrumentiste-chanteur spécialisé (ex : bassiste du groupe ...);

- poly-instrumentiste-chanteur;

- contributeur au projet artistique (arrangeur, créateur de parties, de paroles, d'idées scéniques)

La jam session fait parfois office d'audition de recrutement. L'emploi non pérenne donne un caractère éphémère au recrutement.

 

Code(s) ROME :
  • L1202 - Musique et chant
Références juridiques des règlementations d’activité :
Le cas échéant, prérequis à la validation des compétences :


Validité des composantes acquises :
Voie d’accès à la certification Oui Non Composition des jurys
Après un parcours de formation sous statut d’élève ou d’étudiant X

Pour l'évaluation continue, les notes sont attribuées par le directeur de l'établissement sur propostion de l'équipe pédagogique. Le jury de l'évaluation terminale comporte au moins quatre membres dont le directeur de l'établissement d'enseignement supérieur ou son représentant, président, au moins deux spécialistes de la discipline, dont un professeur d'un autre établissement d'enseignement supérieur et une personnalité du monde musical.

En contrat d’apprentissage X

Jury composé par l'établissement

Après un parcours de formation continue X

Jury composé par l'établissement

En contrat de professionnalisation X -
Par candidature individuelle X -
Par expérience X

Jury composé par l'établissement selon les dispositions du décret 2002-615 du 26 avril 2002

Oui Non
Inscrite au cadre de la Nouvelle Calédonie X
Inscrite au cadre de la Polynésie française X
Lien avec d’autres certifications professionnelles, certifications ou habilitations : Non

Référence au(x) texte(s) règlementaire(s) instaurant la certification :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
-

Décret n°2007-1678 du 27 novembre 2007 relatif aux diplômes nationaux supérieurs professionnels délivrés par les établissements d'enseignement supérieur habilités par le ministre chargé de la culture dans les domaines de la musique, de la danse, du théâtre et des arts du cirque et à la procédure d'habilitation de ces établissements

Référence des arrêtés et décisions publiés au Journal Officiel ou au Bulletin Officiel (enregistrement au RNCP, création diplôme, accréditation…) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
-

Arrêté du 1er février 2008 relatif au diplôme national supérieur professionnel de musicien et fixant les conditions d'habilitation des établissements d'enseignement supérieur à délivrer ce diplôme

Référence autres (passerelles...) :

Date du JO / BO Référence au JO / BO
-

Décret n°2004-607 du 21 juin 2004 étendant au ministère chargé de la culture les dispositions du décret n°2002-615 du 26 avril 2002 pris pour l'application de l'article L.900-1 du code du travail et des articles L.335-5 et L.335-6 du code de l'éducation relatif à la validation des acquis de l'expérience pour la délivrance d'une certification professionnelle

-

Articles L.335-5, L.335-6 et L.759-1 du code de l'éducation

Date du premier Journal Officiel ou Bulletin Officiel :
Statistiques :
Lien internet vers le descriptif de la certification :

Fiche au format antérieur au 01/01/2019